Third World Network  
About Us Contact Subscribe Sitemap Home
 
      
    » Advanced Search   
Biosafety Science
Agriculture / Organisms
Traits in Agriculture
Biomedical Applications
Assessment & Impacts
Trends in Industry
Global Agreements and Fora
Policy and Regulation
Key Regulatory Issues
Sustainable Systems
Biosafety Assessment Tool (BAT)
Biosafety
Information
Service
Meetings
Campaigns
Publications
 
Cover Letter:

09 November 2018

 *FRENCH PRESS RELEASE BELOW*

Dear Friends and colleagues,

Press Release issued by African Centre for Biodiversity, Third World Network and GeneWatch UK

Johannesburg, 9 November 2018

Release of risky GM mosquitoes in Burkina Faso highly unethical

Risky genetically modified (GM) “male-sterile” mosquitoes are due to be released in the very near future, in Burkina Faso by the Target Malaria research consortium. However, Target Malaria acknowledges that there are no benefits to the proposed GM mosquito release.

According to Mariam Mayet, Executive Director of the African Centre for Biodiversity, “There is absolutely no justification for releasing these GM mosquitoes. It is highly unethical and totally unacceptable to conduct experiments which carry risks, yet do not bring any benefit for malaria control in Burkina Faso”. 

 

The application to make open releases of GM mosquitoes was reportedly approved by the National Biosafety Agency (Agence Nationale de Biosécurité, ANB) in Burkina Faso in September 2018, and, as a result, the first open releases of GM mosquitoes in Africa are planned for the coming year.

The open release is intended to test the infrastructure and systems for future release for, as yet, experimental technologies, notably “gene drive” mosquitoes. Target Malaria’s ultimate aim is to release gene drive mosquitoes, with the aim of reducing the population of Anopheles mosquitoes, which can transmit the parasite that causes malaria. The hope is that reducing the mosquito population will reduce the risk of malaria transmission and hence disease incidence.

However, the proposed release of GM “male-sterile” mosquitoes, meant to only be for training purposes, is not expected to deliver any benefits for malaria control in Burkina Faso. This is not an early stage trial for later releases of the gene drive mosquitoes, but releases of an entirely different GM mosquito.

Instead, the release of the GM mosquito poses risks, including the incidental release of some biting female GM mosquitoes during the experiments. While Target Malaria claims that the number will be small, nevertheless, since GM female mosquitoes can bite humans and spread disease, the release of biting females still poses some risk to local people.

Furthermore, there is evidence that Target Malaria is paying compensation of 400 CFA francs (approximately 70 US cents) per hour to local villagers to allow for the collection of biting female mosquitoes from their own bodies.

“The use of a financial incentive to individuals to expose themselves to biting female mosquitoes, and potentially to malaria, is also ethically extremely questionable”, said Dr. Helen Wallace, Director of GeneWatch UK.

There is no published environmental risk assessment (ERA), other than that published by Target Malaria and there has been no public consultation, apart from “public engagement” activities conducted by Target Malaria (the organisation proposing the releases). Any decision on open releases of GM mosquitoes requires meaningful public consultation, as mandated by the Cartagena Protocol on Biosafety, to which Burkina Faso is a Party.

“The lack of a comprehensive, published ERA, which has been subject to a full public consultation, undermines the legitimacy and credibility of the reported approval of these experiments”, said Lim Li Ching, Senior Researcher from the Third World Network. “Without this, local people cannot be fully informed about the risks before making a decision on whether to accept them.”

Malaria is a serious public health issue that disproportionately affects Africa. Instead of investing in risky GM technologies, what is needed is a more holistic approach to significantly and sustainably decrease the burden of malaria – one that integrates interventions and research on health, climate, agriculture (and eventually economics and housing) – in tackling the main factors contributing to the disease and its transmission. *

 

Contacts:

Mariam Mayet, Tel: + 27 83 269 4309, mariam@acbio.org.za

Lim Li Ching, Tel: +44 7801 411601, twnkl@twnetwork.org

Dr Helen Wallace, Tel: +44 330 0010507/+44 7903 311584, helen.wallace@genewatch.org

Notes to Editors:

1     Download our briefing paper published today, GM mosquitoes in Burkina Faso: a briefing for the Parties to the Cartagena Protocol on Biosafety. It is available at www.acbio.org.zain both Englishand French.

2     Target Malaria is a consortium of research institutes that receives core funding from the Bill & Melinda Gates Foundation and the Open Philanthropy Project Fund, an advised fund of Silicon Valley Community Foundation. Individual laboratories also receive additional funding from a variety of sources to support each laboratory’s work, including the United Kingdom government (the UK Department of Environment, Food and Rural Affairs and the Medical Research Council), the Wellcome Trust (a UK-based charity), the European Commission, the Ugandan Ministry of Health, and the Uganda National Council for Science and Technology (UNCST). (See http://targetmalaria.org/who-we-are/)

3     “Gene drive” is a way of trying to spread genetically engineered traits through a whole population of plants or animals. In the Target Malaria project, the aim of the gene drive is to spread a genetic trait that biases the sex ratio of the mosquito population towards male mosquitoes, thus suppressing the mosquito population. However, the technology to do so does not yet exist and may not be successful. There have been many warnings, including from scientists working in the area of gene drive, that gene drive may be uncontrollable and could have unintended consequences, and civil society organisations have called for a moratorium on this technique. (See http://www.etcgroup.org/content/160-global-groups-call-moratorium-new-genetic-extinction-technology-un-convention)

4     Consent Form for the collection of biting female mosquitoes in English(translated from the French original) ; Consent form in French:

 

* A more holistic response to malaria is overdue, April 22, 2016, http://blogs.bmj.com/bmj/2016/04/22/estrella-lasry-a-more-holistic-response-to-malaria-is-overdue/

The press release and briefing paper are available in French as well

-------------------------------

Communiqué de presse du Centre africain pour la biodiversité, le Réseau Tiers monde et GeneWatch Royaume-Uni

Johannesburg, 9 novembre 2018

Une dissémination risquée de moustiques génétiquement modifiés au Burkina Faso hautement contraire à l'éthique

Le consortium de recherche nommé Target Malaria prévoit une dissémination risquée de moustiques « mâles-stériles » génétiquement modifiés au Burkina Faso dans un avenir très proche. Target Malaria reconnaît toutefois que le lâcher proposé de moustiques génétiquement modifiés n'apportera aucun bénéfice.

Selon Mariam Mayet, directrice exécutive du Centre africain pour la biodiversité : « Absolument rien ne vient justifier ce lâcher de moustiques génétiquement modifiés. Il est hautement contraire à l'éthique et totalement inacceptable de mener des expériences comportant des risques, mais qui pourtant n'apportent aucun bénéfice en matière de lutte antipaludique au Burkina Faso ».

L'application pour des lâchers dans l'environnement de moustiques génétiquement modifiés aurait apparemment été approuvée par l'Agence Nationale de Biosécurité (ANB) du Burkina Faso en septembre 2018. En conséquence, les premiers lâchers dans l'environnement de moustiques génétiquement modifiés en Afrique sont prévus pour le courant de l'année.

La dissémination volontaire a pour vocation de tester l'infrastructure et les systèmes en place en vue de futurs lâchers d'insectes issus de technologies, qui à ce jour, demeurent expérimentaux, et incluant notamment des moustiques issus du « forçage génétique ». L'objectif ultime de Target Malaria est de disséminer volontairement des moustiques issus du « forçage génétique», dans le but de réduire la population de moustiques Anophèles, qui peuvent transmettre le parasite vecteur du paludisme. Les promoteurs du projet espèrent qu'une réduction de la population de moustiques contribuera à réduire le risque de transmission du paludisme et par conséquent d'incidence de la maladie.

Toutefois, aucun bénéfice en matière de lutte antipaludique n'est escompté de ce lâcher proposé de moustiques mâles-stériles génétiquement modifiés, qui n'a qu'une vocation expérimentale. Ce lâcher ne constitue pas une étape préliminaire aux essais devant aboutir à une mise en circulation ultérieure des moustiques issus du forçage génétique ; il s’agit d’un lâcher d'un moustique génétiquement modifié entièrement différent.

En lieu et place, ce lâcher de moustiques génétiquement modifiés pose des risques, y compris le risque accidentel que des femelles moustiques génétiquement modifiés soient relâchés au cours des expériences. Bien que Target Malaria affirme que ce nombre sera limité, dans la mesure où les moustiques femelles génétiquement modifiés peuvent piquer les humains et diffuser le paludisme, la mise en circulation des femelles pose toujours un certain risque aux populations locales.

Par ailleurs, des éléments de preuve montrent que Target Malaria paye une compensation de 400 francs CFA (approximativement 70 cents de dollars US) par heure consacrée par les participants à capturer les moustiques femelles venant les piquer sur leur propre corps.

« L'utilisation d'une incitation financière pour que des individus s'exposent aux morsures de moustiques femelles, et potentiellement au paludisme, soulève de très sérieuses questions d'ordre moral », souligne le Dr. Helen Wallace, Directrice de GeneWatch Royaume-Uni.

Aucune publication d'une évaluation des risques environnementaux (ERE) n'est disponible, autre que celle publiée par Target Malaria et aucune consultation publique n'a eu lieu, indépendamment des activités « de consultation publique » conduites par Target Malaria (l'organisation proposant les lâchers). Toute décision de relâcher volontairement des moustiques génétiquement modifiés dans l'environnement requiert une véritable consultation publique, comme exigé par le Protocole de Carthagène sur la biosécurité auquel le Burkina Faso est partie.

« L'absence d'une ERE exhaustive et publiée, sujette à une consultation publique intégrale, mine la légitimité et la crédibilité de l'approbation déclarée de ces expériences » déclare Lim Li Ching, chercheuse principale du Réseau Tiers Monde. « Sans quoi, les populations locales ne peuvent pas être pleinement informées des risques encourus avant de décider si elles acceptent ces risques ou non » précise-t-elle.

Le paludisme est une question de santé publique importante qui affecte l'Afrique de manière disproportionnée. Réduire le fardeau du paludisme de manière significative et durable requiert l'adoption d'une approche plus globale, à l'instar d'investir dans des biotechnologies risquées. Une telle approche doit intégrer des interventions et des travaux de recherche portant sur la santé, le climat, l'agriculture (et au final l'économie et le logement) afin de s'attaquer aux principaux facteurs contribuant à la maladie et à sa transmission.*

 

Contacts:

Mariam Mayet, téléphone : + 27 83 269 4309, mariam@acbio.org.za

Lim Li Ching, téléphone : +44 7801 411601, twnkl@twnetwork.org

Dr Helen Wallace, téléphone : +44 330 0010507/+44 7903 311584, helen.wallace@genewatch.org

Notes à l'intention des rédacteurs:

1     Téléchargez notre note de synthèse publiée aujourd’hui, Les moustiques génétiquement modifiés au Burkina Faso : Une note the synthèse à l'attention des Parties au Protocole de Carthagène sur la prévention des risques biotechnologiques. Elle est disponible sur www.acbio.org.za en anglais et en français

2     Target Malaria regroupe un consortium d'instituts de recherche bénéficiaires d'un financement de base de la Fondation Bill & Melinda et de l’Open Philanthropy Project Fund, un fonds philanthropique à vocation arrêtée de la Silicon Valley Community Foundation. Des laboratoires indépendants perçoivent également des financements supplémentaires qui viennent appuyer leur travail. Les bailleurs incluent le gouvernement du Royaume-Uni (le Département britannique de l'environnement, de l’alimentation et des affaires rurales et le Conseil pour la recherche médicale), l'Institut Wellcome (un organisme de bienfaisance basé au Royaume-Uni), la Commission européenne, le ministère de la santé ougandais, et le Conseil national scientifique et technologique ougandais (UNCST). (Voir http://targetmalaria.org/who-we-are/)

3     Le « forçage génétique » est une manière d'essayer de disséminer des traits/caractéristiques transgéniques au sein d'une population entière de plantes ou d'animaux. Dans ce projet, le but du forçage génétique est de disséminer un trait génétique qui influence le ratio sexuel de la population de moustiques en faveur des mâles, supprimant ainsi la population de moustiques. Cependant, la technologie requise à cette fin n'existe pas encore et il se peut que les tentatives en ce sens ne soient pas couronnées de succès. De nombreuses mises en garde ont été émises, y compris par des scientifiques travaillant dans le secteur du forçage génétique. On craint notamment que le forçage génétique devienne incontrôlable et qu’il ait des conséquences imprévues et les organismes de la société civile ont réclamé un moratoire sur cette technique. (Voir http://www.etcgroup.org/content/160-global-groups-call-moratorium-new-genetic-extinction-technology-un-convention)

4     Le formulaire de consentement pour la collecte des moustiques femelles qui piquent en anglais (traduit de la version originale en français) est accessible ici : https://tinyurl.com/yc9flzgw et le formulaire en français est accessible ici : https://tinyurl.com/y8ko243u

 

* A more holistic response to malaria is overdue [Il est grand temps que l'on apporte une réponse globale au paludisme], 22 avril 2016, http://blogs.bmj.com/bmj/2016/04/22/estrella-lasry-a-more-holistic-response-to-malaria-is-overdue/



 
 
« Back to Biosafety Information Service Page  Printer friendly version
 

 
| Home | About Us | Subscribe | Contact | Sitemap |
Disclaimer | Privacy
Copyright © 2004 - 2018 Biosafety Information Centre    All Rights Reserved